L’ANDALOUSIE SUBIT UN IMPORTANT TSUNAMI, CHAQUE MILLÉNAIRE.

LA NATURE COMMANDE.

L’HOMME S’ADAPTE.


 

UN « TSUNAMI » FRAPPERAIT  L’ANDALOUSIE CHAQUE MILLE ANS…


 

La grande vague qui est arrivée à Cadix après le séisme de Lisbonne de 1755 est la plus récente, mais de nouveaux éléments trouvés en province de Barbate démontrent qu’un tsunami de grande ampleur sest produit il y a 4.000 ans.

Peutêtre pensons quun phénomène aussi destructif quun « tsunami » n’a pas sa place  avec la côte espagnole, et que par conséquent le littoral Espagnol ne risque rien.

Rien n’est plus loin de la réalité, indique le chercheur de lUniversité AixlaChapelle RWTH en Allemagne, Klaus Reicherter, dans sa dernière étude.

Si nous considérons, pour examen historique, le « grand tsunami » qui a détruit Cadix après le séisme de Lisbonne de 1755 , celui ci est le plus récent, mais pas ce qui est seul. De nouveaux réservoirs sédimentaires trouvés dans la plage de Cadix de Barbate démontrent qu’un tsunami de grande ampleur sest produit il y a plus de  4.000 ans, et il sajoute à dautres sept produits pendant les dernières 7.000 années, réduisant ainsi à mille années la récurrence de ces événements extrêmes sur la côte andalouse.

Selon létude, les réservoirs de débris, ressemblent aux restes du tsunami japonais de du 11 mars 2011. Cette conclusion est celle à laquelle arrive Klaus Reicherter après le travail de domaine développé il y a des années en Espagne.

Le chercheur de lUniversité AixlaChapelle a trouvé une couche étrange dans une falaise de la plage de Barbate. Il montrait des preuves directes de réservoirs atteignant jusquà un mètre dépaisseur avec des fragments roches marines recouvertes et structures enchaînées remplies avec des composants mixtes dorigine marine et terrestre.

Tout indiquait quil sagissait de réservoirs en rapport avec un certain raz de marée, « mais ne lavions pas très clair », explique à lagence Sinc Reicherter, auteur principal de létude publiée en Sedimentary Geology.

Toutefois, les scientifiques étaient sûrs que ces réservoirs ont commencé par un événement extrême. « Première chose ce que nous pensons a été que les restes de tsunami étaient en rapport avec le séisme de Lisbonne de 1755 par lépaisseur et dautres caractéristiques des sédiments, mais dans les méthodes danalyses employées les dates ninstallaient pas et excluons le tsunami de Lisbonne », dit Benjamin Koster, chercheur dans le centre allemand et premier auteur du travail. Les résultats de la datation ont montré quun grand tsunami a eu lieu il y a 4.000 ans dans la région de Barbate et ses marais.

Les données trouvées le long de cinq kilomètres entre Barbate et Zahara des Thons ont coïncidé avec ceux dune autre étude qui a trouvé dans 2005 preuves dun tsunami dans le Parc National de Doñana et dans le Golfe de Cadix arrivé il y a quelque 4.200 ans. « Lévénement dil y a 4.000 ans paraît en outre avoir été puissant vu lépaisseur des réservoirs, les caractéristiques érosives et la taille du grain des fragments de roches transportés », indique Koster, celui qui ajoute que la source qui a ddéclenché le grand tsunami d’il y a 4 200 ans, a pu être différente à celui de 1755 par larchitecture intérieure et les caractéristiques érosives des réservoirs. Avec ce et dautres travaux précédents, léquipement révèle que, pendant les dernières 7.000 années (période qui, jusquà présent, enregistre des preuves sédimentaires de paléotsunami dans le Golfe de Cadix), la côte sudouest de lEspagne a souffert un minimum de huit raz de marée destructifs. « Ceci impliquerait une récurrence statistique dun grand tsunami chaque mille ans approximativement », déclare le chercheur allemand. Les tsunamis provoquent des dommages infrastructures et pertes humaines innombrables.

En Espagne, celui qui est survenu après le séisme de Lisbonne dans 1755 il est exemple de cela. « Depuis que les géologues ont commencé à faire des recherches sur le tsunami de Lisbonne ils ont été donnés rapide il compte de duquel dautres paléotsunamis se sont produits dans le passé », explique Koster. Les rapports historiques et les registres les plus modernes que la hauteur des vagues le long de la côte espagnole ont confirmé que des événements extrêmes ont arrivé pendant les derniers siècles dans la côte espagnole, mais nont pas pu les enregistrer.

Pour cela linformation sédimentaire est nécessaire. Pour les scientifiques il savère difficile de calculer les intervalles de récurrence à long terme ou lintensité de la majorité de ces événements sans preuves sédimentaires. « De là limportance de la recherche sur le paléotsunami. Dans les dernières décennies, nous avons été capables didentifier des réservoirs de tsunami pour évaluer lextension des événements », signale le chercheur.

Dans ce cas, grâce à lanalyse de fluorescence par des rayons X, la susceptibilité magnétique, et le Georadar, entre autres, les chercheurs ont identifié un aspect nouveau dans les réservoirs de tsunami : plusieurs fragments de roche couverts de boules de boue plus d’un mètre de diamètre en flottant dans la matrice des réservoirs. En outre, dautres caractéristiques des restes trouvés sont comparables à des réservoirs de tsunami récents comme celui du Japon de mars 2011 et ceux de lOcéan Indien en décembre 2004. Selon les scientifiques, « ils restent à résoudre beaucoup de défis, comme connaître la distribution hétérogène des réservoirs le long du golfe de Cadix »,  concluent ils.



 

Rapidement traduit de cette page : https://es-es.facebook.com/permalink.php?story_fbid=789679551108602&id=130892296987334&substory_index=0



Il y a un peu plus de 4 000 ans, s’ouvrait le passage isolant le sud de l’Europe, et qui allait donner l’Afrique dite du Nord: Tunisie, Algérie et Maroc.

Il existerait au large de Marseille, suivant le plongeur robert CHARROUX, une ville immergée avec des vestiges d’activité sidérurgique…. Non loin de Marseille, il existe depuis bientôt quarante ans, une usine sidérurgique, à Fos sur Mer.

L’Histoire oubliée, amène à des conclusions hâtives….et des décisions risquèes !

 


 


Robert Charroux, de son vrai nom Robert Grugeau, né le 7 avril 1909 à Payroux dans le département de la Vienne (France) et mort le 24 juin 1978 à l’âge de 69 ans à Vienne dans le département de l’Isère.

Robert CHARROUX était un journaliste, écrivain français et essayiste qui a développé des hypothèses scientifiques et historiques. Il fût l’un des promoteurs de la théorie des anciens astronautes.

Il est inhumé au cimetière de Charroux dans le département de la Vienne sous un énorme menhir.

Pour information: Tous les livres de robert Charroux se trouvent en accès libre et format pdf, et en français sur internet.



S. CARVAJAL

https://laliguechretienne.wordpress.com/2015/02/16/seisme-1-755-lisbonne/

 

https://laliguechretienne.wordpress.com/2014/04/09/plus-de-200-villes-englouties-en-mediterrannee5036/

https://laliguechretienne.wordpress.com/2015/03/01/empedocles-mondeancienpresent/

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.