AGIR CONTRE LES TSUNAMI ? OUI, C’EST POSSIBLE.

CE  SERA  POSSIBLE !


QUAND ON DÉCIDERA DE NOMMER LES ZONES À PROTÉGER, ET FOURNIR DES MOYENS POUR UN CORPS DE  » POMPIERS  » SPÉCIAUX .



Tout comme il faut un corps de pompiers spéciaux pour interventions sur les centrales en cas de gros séismes, et surtout il faut impérativement avoir un bassin d’eau de secours pour quarante huit heures, en cas de défaillance du  : AU FIL DE L’EAU.

cf voir les articles sur les techniques proposèes à FUKUSHIMA ici et la guilde des métiers

 

L’Espagne, le Portugal et le Maroc tiennent une rencontre de deux jours (mardi et mercredi) pour tenter de mettre en place des procédures d’alertes communes et de coordination en vue de faire face à des possibles tsunamis.

Ainsi, dans le cadre du « Westsunami 2015 », les centres de coordination de plusieurs pays, dont le Maroc, tenteront de se familiariser avec les procédures de gestion d’urgence établies par l’Union européenne et l’utilisation d’outils comme les informations issues des satellites d’observation.

Au niveau européen, il n’existe pour l’instant aucune procédure de déploiement opérationnel ou d’intervention sur le terrain, mais ce type de rencontre entre les pays européens et le Maroc permet d’améliorer la coordination avec l’appui du Centre européen de coordination et d’intervention.



 

Il n’y a aucune forfanterie dans mon titre, il s’agit bien de moyens et d’hommes, aussi de technologie et de compréhension.

Un tsunami c’est un phénomène, qui doit se contrôler, il s’amorce en mer, ( océan ) et ensuite va vers les côtes, il s’agit d’ondes complexes, il y a un front, une vitesse, un ou plusieurs vécteurs, il y a donc plusieurs réponses physiques.

Cela se modélise et cela se teste en laboratoire en simulation hydraulique.

S. CARVAJAL

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.