SANS EAU, PLUS DE CIVILISATION.

POUR  CHAQUE  ÉTABLISSEMENT  HUMAIN.


 IL FAUT D’ABORD DE L’EAU, PUIS DE L’EAU, ET BEAUCOUP D’EAU TOUT LE TEMPS.


 

UNE VILLE IBÈRE ( espagnole ), AUJOURD’HUI EN AFRIQUE.

VOLUBILI

 

VOLUBILIS


L’eau de la rivière était pompée grâce à des machines à vapeur, chauffées au bois.

Cette eau pour les particuliers, circulait dans des circuits en plomb et avec des vannes et des robinets en bronze.

Le circuit d’eau passait dans les tuiles creuses du toît et le liquide se réchauffait, alors que la température sous le toit devenait plus agréable.

Cette eau était envoyée vers la piscine, et le vivier à poissons, sans oublier l’eau qui arrivait sur l’évier et dans les toilettes, et évacuée ensuite.




Pareil, sinon mieux, que ce que vous avez chez vous, aujourd’hui.

Cette ville date de plusieurs milliers d’années et reconstruite sur une autre ville Ibère plus vieille ( une grande partie du nord Marocain [les côtes et le sud] est géologiquement « civilisationnellement » Espagnole ou Ibérique ) dans un lieu qui est une vieille faille sismique, encore active, et son nom récent est VOLUBILIS .


J’allais oublier, à l’intérieur des ces maisons, il y avait des meubles, des vaisselles en métal et d’autres en terre, et des verres, coupes, carafes en verre, et des châssis vitrés aux fenêtres.

Puis un jour.

En fait, une nuit,  il y eut une vague de plus de 800 Mètres de haut.


Rien de nouveau sous le soleil.

Juste de nouveaux nouveaux PIGNOUFS amnésiques et avares.


S. CARVAJAL


Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.