RÉPARER

UN  MOTEUR  D’AUTOMOBILE.


 

Je n’entre pas dans le cas d’une vraie procédure de démarrage d’un moteur neuf, j’ai vu des reportages en usines, et ceci expliquant cela, les autos effectivement ont rarement besoin d’un temps de rôdage en sortant d’usine.

Ici, il ne s’agit pas de qualité, mais presque …. de sabotage.


Laissons cela.



Parlons  Dynamique.

 

Les pistons et bielles, ou assemblage véloce, certains disent « mobile », sont des pièces en mouvement, avec une vitesse linéaire connue, et qu’il ne faut pas dépasser, la maîtrise d’une bonne lubrification, à permis des régimes rapides, mais alors pourquoi donc les différents pistons et leurs bielles comptent ils plus de dix grammes de différence entre chaque duo (bielle et piston) ?

Il s’agit d’organes en mouvement, en mouvement alternatif, mais cependant le vilebrequin, lui connait un mouvement cyclique par à coups, et posséder des pistons avec leurs bielle qui soient de la même masse à moins de deux grammes près, me semble un minimum.



UN MINIMUM DE DIFFERENCE DANS LES MASSES, POUR LA MEILLEURE EFFICACITÉ DE CETTE  TRANSFORMATION ENTRE DEUX TYPES DE MOUVEMENTS.


Il s’agit des spécifications, qui sont utilisées pour les moteurs de compétitions, je pense qu’une auto de qualité mérite le meilleur de la QUALITÉ, en ce cas le moteur :

JUSTESSE, + PRÉCISON !



Même si cela ne vous semble pas évident:

LE COÛT DU MANQUE DE QUALITÉ, AU NIVEAU SOCIAL C’EST LE CHÔMAGE « DURABLE » DE MASSE, VOIRE BIEN PIS, LA GUERRE CIVILE.


 

LE MANQUE DE QUALITE ET L’OBSOLESCENCE PROGRAMMÉE, CONDUISENT ET LIVRENT UNE SOCIÉTÉ DE GENS TRAVAILLEURS ET CONSCIENCIEUX AUX PIRES DES HASARDS, COMME VOUS VOYEZ CHEZ VOUS.

COMME JE VOIS ; ICI ET MAINTENANT..



S. CARVAJAL

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.