LOCOMOTIVES À VAPEUR CHAUFFÉES AU CAFÉ.

IMAGINEZ,  UNE  GARE  OÙ  LES  LOCOS  À  VAPEUR  INNONDENT  L’AIR  D’EFFLUVES  GRASSES  DE  CAFÉ  BRULÉ.


 

 


H I S T O I R E


 

1929. La dépression économique est là débutèe en asie elle touche les U.S.A. et trrès vite Londres et les économies d’amèrique dite Latine

Le Brésil grand exportateur de café vit ses exportations chuter.
Il y eut une politique d’appui économique au secteur agricole et celui de la production de café pratiquée par le gouvernement brésilien pendant toute la durée de cette longue dépression.

Le gouvernement Brésilien, pour d’éviter une crise plus grave dans ce secteur, décida de garantir des prix minima aux agriculteurs et acheta d’importants excédents de production, Le corollaire étant que l’état détruisait les récoltes pour soutenir les cours,

Durant la décennie 1930 1940s la crise atteignit son degré le plus aigu, l’augmentation des stocks de café égala les exportations de ce produit, au point de représenter 8 % du produit intérieur brut. Le volume total de café détruit au cours d’une décennie se monta à 80 millions de sacs de 60 kilogrammes chacun, ce qui, aux prix actuels, représentait plus de quatre milliards de dollars.



S. CARVAJAL

Repris et réecris depuis
Source : Furtado Celso, Au Brésil : économie, politique et société, in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Vol. XXI, Numéro 4, 1966, pp. 832-841.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.