RELATION, …..

LE  DERNIER  SÉISME  EN ITALIE,  VIENT  D’AVOIR  LIEU  PRÉS  DE  LA  VILLE  DE  NORCIA.



Or il est un vieux message sorti de Norcia, un mesage court et universel, c’était il y a 1 500 ans,  il y a longtemps, message que nous avons oublié et usons peu.



LE MESSAGE EST CELUI CI :

POUR AVANCER, LA VÉRITÉ, S’APPUIE SUR LA VÉRITÉ.

Aucune vérité ne sort d’un processus mensonger.

C’est à dire si une de vos roues vient de crever, et que vous voulez mettre la roue de secour qui elle est à plat, vous n’aurez pas la solution à ce problème vrai qui vous empèche, une roue d’auto se doit d’être gonflèe et vérifiè, c’est cela la vérité de la roue de secours : NI CREVÉE, NI DÉGONFLÉE, du bon diamètre, avec les bonnes fixations, voilà les propositions vraies qui font d’une roue, une roue de secours.



Le monsieur qui a dit cela, n’est pas né à Norcia mais y a vécu son enfance et est allè à l’école à NORCIA.

Ce monsieur était St BENOIT de NURSIE (Norcia).

_________________________

Dans une période où tous les faux de grandes déceptions, les élites autoproclamèes, sont aux manettes dans les grands pays, je trouve surprenant ce rappel à reconsidérer les bases de la civilisation, il n’y a pas de civilisation sans vérité.


Benoît de Nursie (né vers 480 ou 490 à Nursie, aujourd’hui Norcia en Ombrie, mort en 543 ou 547 dans le monastère du Mont-Cassin ( Monte Cassino ) ; en latin Benedictus de Nursia), saint Benoît (en latin Sanctus Benedictus de Nursia) pour les catholiques et les orthodoxes, est le fondateur de l’ordre des Bénédictins et a largement inspiré le monachisme occidental ultérieur.

Il est considéré par les catholiques et les orthodoxes comme le patriarche des moines d’Occident, grâce à sa Règle qui a eu un impact majeur sur le monachisme occidental et même sur la civilisation européenne médiévale.

Il est souvent représenté avec l’habit bénédictin (coule noire), une crosse d’abbé, ainsi qu’un livre.


En dehors des offices, et de la compilations de livres, les moines s’adonnent au travail manuel pour assurer leurs subsistances : car, dit Benoît, c’est alors qu’ils seront vraiment moines, lorsqu’ils vivront du travail de leurs mains, à l’exemple de nos pères et des Apôtres.

Le travail doit être organisé de telle sorte qu’il n’oblige pas les frères à sortir de la clôture du monastère : Le monastère doit, autant que possible, être disposé de telle sorte que l’on y trouve tout le nécessaire : de l’eau, un moulin, un jardin et des ateliers pour qu’on puisse pratiquer les divers métiers à l’intérieur de la clôture. De la sorte les moines n’auront pas besoin de se disperser au-dehors, ce qui n’est pas du tout avantageux pour leurs âmes.

Tiré de wikipédia.

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.