PORT TOZEUR, suite.. +++

UNE  VILLE,  PLUSIEURS  STATIONS,  PLUSIEURS  VILLAGES,  DES EXPLOITATIONS  ET  DE  L’INDUSTRIE.


Des exploitaions agricoles, des ateliers artisanaux, des services, des hôtels, des Cliniques, des dizaines de restaurants, un club house, deux aérodromes, une grande gare et les personnes.

Un grand projet, moins cher, que de creuser un canal, ici pas trop besoin de creuser, sauf pour faire des digues, des digues larges avec végétations et ombre, avec des parcs arborès.



Puis vous connaissez le proverbe, quand on à construit une ville superbe, il est facile de construire une belle ville tout court, construire deux cents kilomètres de voie ferrèe de plus, une autre centrale thermique, des écoles, dispensaires, des bourses pour étudiants douès, de la sécuritè pour les nouveaux nès et les anciens.


La réalitè du monde Civilisè, eau gratuite (ou la moins cher possible), sécurité gratuite, et nous achetons le travail.

Nous payons le travail, mais surtout nous l’achetons, car rien n’est gratuit et avant d’acheter le travail, nous payons les études.


S. CARVAJAL

Le côté technique,

bien, toutes les techniques existent. Le côté innondation non aménaggèe, (je propose l’inverse) c’est assez facile, il suffit d’un pipe-line, un peu de patience,  et au moins un groupe de pompage sur le littoral,  une fois le pipe line emplit, si c’est bien pensè, bien fait, l’eau se videra seule depuis la mer vers la dépression.

Vous aurez ainsi une mer morte .

Mais qui veut d’une mer morte ?

Les techniques pour changer les sols en sols fertiles et les techniques d’horticulture éxistent et permettraient de fertiliser aux bon endroits la région intérieure, pensez un hectare de serre permet de produire plus de 100 tonnes/An de fruits légumes (Tomates, Poivrons Aubergines, ..).

La production d’eau adoucie, elle demande une centrale électrique, une usine de désalement cryogénique, etc…et donc il faut pour alimenter Port Tozeur un deuxxième pipe line, d’eau adoucie, le fin de toutes les utilitès (service de l’eau) sera bien sûr une unité méthanisation et de boues.

Bien sûr, on pourrait penser à un fusil à un coup, et bien non.

NON, PARCE QUE !

Pas loin de là il y a uns autre dépression, de l’autre côté de la fontière algérienne, une dépression plus profonde, il s’agit d’un processus, qui peut se contrôler.

Ceci est une idèe Industrielle, qui propose de l’industrie et utilise les moyens de l’industrie, du bon savoir faire.

Il est une possibilité géologique, qu’il ne faut pas négliger, ces deux dépressions, ont vocation à se remplir d’eau de mer, à plus ou moins longue échéance, et d’ailleurs il subsiste, une saisonnalitè dans ces deux lieux, permissivité des rôches à l’eau, qui passe par d’anciennes failles, obstruées, mais pas oblitèrèes.

_____________________

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.