TRÉS TRÉS GROSSE START UP ! ++++ une idèe technique GRATUITE pour bureaux d’étudess

En parcourant les divers blogs de la ligue, la guilde des métiers, et les autres blogs presque tous en liens dans la barre de navigation, vous tomberez fatalement sur un article à visèe Industrielle Mécanique, il y en a à visèes Industrielles pour le domaine Horticole, Aquacole, et autres, pas seulement « LA MÉCANIQUE ».

 



Voici ce que j’écrivais il y a presque un an, le 24 septembre 2016,et c’était le second article sur le sujet



CES TURBINES MISES AU POINT PAR DES FRANÇAIS ET CÉDÉES À VIL PRIX AUX USA.


AH, nos commerçants, ils vendent tout, à n’importe quel prix…dommage, il ne reste rien à vendre.


COMME IL N’EXISTE PAS DE PRESSE TECHNOLOGIQUE.

C’EST BIEN DOMMAGE, CHAQUE COMMUNE DEVRAIT DANS SA BIBLIOTHÈQUE DISPOSER D’OUVRAGES SUR L’ÉTAT DES ARTS ET TECHNIQUES.

JE GRAPPILLE DES INFORMATIONS TECHNIQUES AVEC PLUS OU MOINS DE BONHEUR.

VOICI:

recopie d un article scientifique ???

Baptisé 9HA, le dernier modèle de turbine à gaz développé par General Electric pèse pas moins de 40 tonnes – soit l’équivalent du poids d’un Airbus A380 – pour une capacité de 400 MW.

Il y a des gens qui confondent, un airbus 380, qui ne pèserait que 40 tonnes seulement, serait fait en papier percè de gros trous. Poids d’un airbus à vide 276 T !



Cette turbine présente l’avantage de monter en puissance deux fois plus rapidement, que les modèles précédents : en seulement 30 minutes, quelque 400.000 foyers pourront ainsi être alimentés en électricité.

C’est toujour l’extrait du magazine scientifique….



Pareil, cela ferait une consommation moyenne de 1 KW par foyer, un four, un frigo, une télé, et une machine à laver et nous sommes déjà à 3 KW.




Grâce à sa grande flexibilité, elle s’avère très complémentaire avec les énergies [puissances, pas énergie] intermittentes renouvelables dont la production peut fluctuer énormément. Autre avantage, et non des moindres : cette turbine émettra deux fois moins de CO2 qu’une centrale à charbon et 10% de moins que les centrales à gaz traditionnelles (soit 6,4 millions de mètres cubes de gaz économisés par an, l’équivalent de 8000 voitures en moins sur les routes en matière de gaz à effet de serre).

Le temps de montée en puissance est rapide : trente minutes.



Excusez, je trouve cela lent, ce n’est pas un airbus 380, il y a évidement un, plusieurs moyens de réduire de façon importante, ce temps de montée.

Tiens par hasard, vu que alsthom ferme et que les gars iront au chomdu, pourquoi ne pas monter une filière turbine 100 % française, avec des Français et de la technique Française.

D’autant que dans un post précédent, il y a quelques semaines, j’écrivais sur ce sujet, sur ce blog, et au même temps sur le blog « STRATEGIE » de Mr LE FLOCH PRIGENT (qui a bien voulu effacer mes contributions sur son site, ben oui, que voulez vous, je n’ai pas fais polytechnique, et croyez moi, je ne m’en plaind pas), je proposais aussi une autre façon d’accroitre le rendement de cette même machine.

Cela s’appelle thermodynamique, améliorer le rendement.

Avant, quand existaient les états, l’inventeur devait se débrouiller pour obtenir quelques moyens économiques afin de déposer un brevet avec garantie d’état et aller ensuite présenter son idèe et sa solution technique dans les salons.

Fini cela, il n’y a pas plus d’état, non ce ne sont pas les peuples, qui ont décidè de se passer des états, non, c’est plus rusè, actuellement il ne se dépose pas 10 000 brevets d’inventions en france, contre un million il y a quarante ans.



Mais tout cela n’est rien, il faudra penser à acheter des brouettes pour transporter nos billets dette, car bientôt les prix décolleront plus vite que des airbus 380.


S. CARVAJAL

Management Stratégique Industriel & Innovations

Mes Innovations fonctionnent !

C’est pas tout le monde, qui peut en dire autant :o)

« Dans une perspective de 3% de croissance annuelle des besoins électriques mondiaux, c’est la production par turbines gaz qui aura la plus grande croissance », explique Vic Abate, PDG de la division Power Generation de General Electric.


Mise à jour 17 juillet 2017


Où met on les améliorations ?


Là où elles sont le plus utiles, dans le cycle, qui est un cycle d’épuisement .

Comme il s’agit d’une machine utilisant Chaleur et Pression, le plus facile est d’agir sur la Chaleur. J’explique, il serait possible d’agir sur le Froid, mais le froid intervient en aval, et la création de froid coûte toujours plus cher, donc impasse.

Donc il est possible, là actuellement d’intervenir utilement en amont de la turbine et obtenir un meilleur rendement.


Demarrage.

On reste pantois 40 tonnes et une demi heure avant le demarrage.

Il faut raccourcir ce temps.

Là encore, il est question de procèdures, si c’est pas prêt à utiliser, c’est hors service, si c’est prêt à utiliser, c’est dans la procédure de demarrage, mais 30 minutes, trop long trop lent.

La réponse est si idiote, seulement 40 tonnes, que j’explique même pas, mais ce serait « idiotissime » de concevoir une autre turbine et se passer d’une unité d’assistance au demarrage.



Une   anecdote   vraie.



Il y a quelques décennies, au demarrage d’une centrale hydraulique, un barrage des alpes, un Ministre était convié. Le Ministre devait appuyer sur un joli bouton, qui actionnait l’allumage d’une grosse ampoule sur le pupitre, effet garanti et donc photo pour les journaux.


Ce que le Ministre n’imaginait pas, c’est que pendant ce temps, les équipes hors de la salle d’apparat et dun peu partout dans le barrage, mettaient en place les vannes et circuits, ils démarraient les turbines et couplaient les générateurs.

Dans la salle d’apparat en retrait de la grande sale des opérateurs, il restait quelques techniciens en blouse, cinq ou six techniciens, les dizaines d’autres, mécaniciens, électriciens, hydrauliciens, controleurs etc, étaient en coulisse, pour travailler.


Vint le moment de la photo, le Ministre fût conviè à appuyer sur le gros et joli bouton interrupteur, qui alimentait la SEULE grosse ampoule sur le bureau, exprès mis en place pour l’effet.

Le Ministre appuya sur le bouton, l’ampoule s’alluma, et aucun technicien ne bougea, ils surveillaient les tableaux, c’était leur fonction.


Le Ministre demanda, la centrale fonctionne telle ? On lui réponndit OUI, cela fonctionne.

Le Ministre demanda alors: Mais a quoi servent donc ces gens ?

Comme si appuyer sur un bouton relié à une seule ampoule, pouvait demmarrer une centrale .. voilà nos polytechniciens et nos Ministres.


LE DOIGT DE DIEU.


Ainsi va la vie, …..

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.