PRÉCISONS!


IL  EST  PEUT  ÊTRE  BON  DE  PRÉCISER.


LE MANAGEMENT STRATÉGIQUE,

est un outil de banquiers, au départ, pour évaluer les performances des activitès de tous types. Cela c’était l’outil qui leur a permit de tout saccager.




LE  MANAGEMENT  STRATÉGIQUE  INDUSTRIEL.


Il s’agit d’un ensemble d’outils de bureau d’études, pour artisans et industriels afin de recréer des Industries, et comme une activité se doit d’avoir une base économique, il faut donc apporter une invention, ou si c’est possible une innovation afin de bénéficier d’une avance sur les concurrents. Bien sûr il y a une autre difference, nous avons des métiers, de vrais métiers et cela signifie compétences et expériences.




La banque est amnésique.



S. CARVAJAL


Management Stratégique Industriel & Innovations


Publicités
Publié dans Non classé

UN POINT HISTORIQUE. corrigé


GUERRE DE 1914 1918, TRAITÉ DE VERSAILLES, ET GUERRE DE 1940 1945.



Les frais de guerre des alliès.


Le dommage s’élève à 132 milliards de marks-or, une somme très élevée. Le montant total des dommages causés par la guerre aux alliés était toutefois estimé à 150 milliards de marks-or.


1919 il fallait 8,90 Mark pour un Dollar US.

1919 il fallait 5,45 Francs pour un Dollar US, et très vite 10 Francs hiver 1919

 De ces deux cours nous tirons que le Franc Français était plus fort que le mark en 1919.


Les frais de guerre, dommages Français.


tiré de wiki

Les dépenses budgétées pour la guerre étaient évaluées à 20 milliards de francs (le budget pour 1914 est de 5 milliards) : les dépenses réelles furent de 140 milliards ( note du rédacteur : d’autres estiment 200 Milliards).

Seuls 15 % étaient couverts par l’impôt (dont l’impôt sur le revenu voté en 1914 et appliqué en 1916-1917). La part des dépenses publiques dans le PIB est passée de 8,8 % en 1912 à 27,8 % en 1920. On eut d’abord recours à l’augmentation de la masse monétaire : en 1914, il y avait 6 milliards de francs en circulation ; en 1919 : 25,5 milliards. La Banque de France utilisa le stock d’or pour gager les premières dépenses à hauteur de 5 % à 8 % comme il était d’usage. Cependant, l’encaisse-or diminua fortement du fait des transactions interbancaires et internationales. Une autre solution pour couvrir les frais de guerre fut l’emprunt : auprès de la population française sous forme de « bons de la défense » (75 milliards à court terme, mais toujours renouvelés) et 25 milliards en emprunts à long terme. Il y eut aussi des emprunts à l’étranger : un milliard au Royaume-Uni et aux États-Unis. Tout cela entraîna une inflation importante et une baisse du franc sur le marché des changes. En avril 1920, le franc avait déjà perdu près de 70 % de sa valeur vis-à-vis du dollar par rapport à la parité d’avant-guerre.

Entre 1919 et 1928, le gouvernement français et une bonne partie de l’opinion estiment possible le retour du franc à sa valeur d’avant 1914. Cette « illusion » est en grande partie la cause du flou monétaire dans lequel plonge la France durant les années 1920 et c’est ce qui retarda la dévaluation, laquelle avait été pourtant recommandée par les experts du Trésor.

Le Traité de Versailles ( note du rédacteur : dont les lignes et clauses furent dictès par le président W. WILSON, le colonel HOUSE et le gouvernement de GB, faire à croire à la France un remboursement capitalistique, qui ne viendrait jamais, pour empecher que la france ait desprétentions territoriales, d’ailleurs le département de s euax et forêts fut amputé du territoire nationals : LE LUXEMBOURG,  terre Française.. ), est à l’origine de ce jugement erroné, car il prévoit dans le cadre des réparations de guerre le remboursement par l’Allemagne d’un montant de 132 milliards de mark-or, dont une bonne partie à la France. « L’Allemagne paiera » devient un motif récurrent dans la presse, mais, en réalité, 22 milliards seront remboursés, dont 9 à la France. Par ailleurs, si l’Allemagne suspend effectivement ses remboursements au printemps 1922, elle les reprend en 1925. La France comptait sur ces réparations pour équilibrer son budget : de fait, le déficit reste important jusqu’en 1925 puis l’équilibre est atteint. Entre janvier 1924 et juin 1925, le franc se redresse même face au dollar, revenant de 25 F à 17 F.


Dès 1911, le conflit avec l’Allemagne semble inévitable. Les deux protagonistes s’y préparent activement, autant militairement que financièrement. Disposant d’instructions très précises, la Banque de France parvient à soutenir le Franc dans un premier temps. Mais les avances accordées au Trésor l’obligent à faire fonctionner la planche à billets, entraînant dépréciation et inflation. Plutôt que de lever un impôt – la population est déjà grandement mobilisée -, le gouvernement recourt à l’emprunt d’État et au crédit anglais et américain. D’après les estimations, la Grande Guerre aurait coûté quelque 200 milliards à la France, dont 80 % financés à crédit avec la certitude que « le boche paiera ». Mais l’effondrement économique de la république de Weimar et l’anéantissement total du mark (1922-1923) mettent fin aux dernières illusions françaises. Par peur des conséquences politiques et sociales, les pays anglo-saxons soutiennent le redressement monétaire allemand. Ils désavouent l’occupation française de la Ruhr et imposent à la France de revoir ses prétentions à la baisse, sans lui faire grâce de ses propres dettes.


 

 


Accéssoirement, vous apprendrez, que l’impôt sur le revenu est une séquelle de 14- 18.

l’impôt sur le revenu voté en 1914 et appliqué en 1916-1917 pour pallier aux frais de la guerre de 1914.


 

Voilà pour le sortir de la guerre de 14 – 18.



Allons voir les dommages dûs au titre de  l’occupation par la france au béligérant en 1940 1944.

La somme versèe chaque jour par la france et durant toute l’occupation fut fixé à seulmeent 400  000 000  de Francs Or par jour, c’est simplement Énorme.


Je n’entres pas dans le calcul des valeurs réelles de ces monnaies entre les deux époques, non juste un parallèle et une évaluation (fausse, mais aussi, pas plus, voire moins fausse qu’un compte expert des situations économiques entre les deux pays et les deux époques en croisant tant de variables, que le résultat n’en vaut pas l’investissement en temps).



L’allemagne à remboursé 9 000  000 000 de Marks Or ( sur 132 M demandès).

La france à payé 400 000 000 de Francs Or par jour duran plus de quatre  ans.


Encore une fois, je ne note que les sommes, je ne fais pas de comparaison de valeurs, qui va évaluer l’heure de travail d’un français et d un allemand à deux périodes distinctes et deux économies diffrentes ?

Nous avons vu qu’en 1919 le Franc valait plus que le Mark, mais disons qu’en fait ils valaient autant l’un que l’autre. C’est faux, mais juste pour faire une comparaison.


Avec un prélèvement de 400 000 000  par jour,

on rembourse 9 000 000 000

en 22, 5 jours.


Mais c’est connu, les français seraient méchants, et profiteurs de guerres .

Ce qui est connu, aussi, bien connu, c’est que l’on charge souvent les français des fautes commises et perpétrèes par d’autres.


Voulez vous, que nous parlionsencore du traité de VERSAILLES ?


A la fin de la guerre en europe, les USA viennent de transformer le plomb de leurs munitions en OR, leurs usines placèes déjà dans les pays à faible salaires vont impulser une accumulation de fortunes insensèes. Mais ce profit sera annulé par le coup fait en chine en 1927-28. De 1918 à 1928-29 les USA ont connu une période très faste sortant le pays du dix huitième siècle et le propulasant dans le petit nombre des nations industrielles du vingtième siècle.

La grande bretagne, c’est un peu different, une puisance économique avec des entrèes économiques réparties dans le monde, mais pas une grosse puissance économique et industrielle, la guerre coutera cher à la grande bretagne, mais bien moins cher qu’à la France. 1927 sera aussi un début de crise notable pour les anglais.


Qui a gagné la Guerre de 1914 1918 ?

Les alliès Saxons y compris le Saxon du continent d’europe.


Qui a perdu mais en retrouvant une partie des ses territoires ?

La France.


 

Publié dans Non classé

AXIOME 1ier.





TOUT KRACH ÉCONOMIQUE APPARAÎT


AU MOMENT, OÙ LE SYSTÈME NE PEUT


OU NE VEUT FOURNIR DES LIQUIDITÉS.


Ipso facto



 

Publié dans Non classé

R.I.P. MADAME FRANCOIS DORIN


La romancière et comédienne Françoise DORIN vient de décéder ce vendredi 12 janvier des suites d’une longue maladie, ce quelques jours avant son 90e anniversaire,


L’ÉTIQUETTE,

passèe une seule fois à la télévision.

A mon avis on peut croire à une première rediffusion bientôt.



Publié dans Non classé